Memory Full

CPC only meeting

Amstrad Expo 2004

10 Apr - 12 Apr 2004

Coutances (50)

Organizer(s): Eliot

21 Participants

Arno, BDC-Iron, Beb, Candy, Dark Vendor, Eliot, Grim, Jamian, Karting Killers, Ker, Krusty, Master, Orphee, Plissken, Ram7, Ramlaid, Slyder, Supersly, Targhan, Tom et Jerry, ZeCreator

Additional info

LISTE COMPLETE

Competition(s)

Demo

DemoIzFart (Arkos)

Out of competition

Mother Fuckin Fish (Beb)

Report(s) link(s)

Another World #40 (Tom&Jerry)

Report



Après avoir lamentablement raté la précédente édition de ce meeting, il était temps de rectifier le tir... J'ai donc fait tout ce qu'il fallait pour pouvoir m'y rendre, cette fois (la première phrase, tirée hors de son contexte, a dû bien effrayer Eliot). Orphée était lui aussi miraculeusement disponible, ce fut donc l'occasion de réunir la DIA team, en ces 10-11-12 Avril 2004, la dernière fois remontant au Bordelik 5 !

Il était convenu que je parte pour Coutances le samedi midi avec Orphée et un Ramlaid arrivant de Lyon, mais cela ne me convenait guère, le meeting commençant déjà la veille. C'est donc en train que j'arrivai le vendredi soir à Coutances. J'arrive, j'attends... attends encore... personne pour venir me chercher. J'avais pourtant prévenu Eliot, j'en étais persuadé ! Finalement, sa voiture se profile à l'horizon, et celui-ci me prévient qu'il n'est passé que pour être sûr que Slyder avait bien fait son travail ! Je tente donc de monter dans le carrosse entre les sacs de nourriture et de confiseries (c'est toujours bon signe d'en voir, alors je ne me plains pas). Arrivé à la salle, on retrouve Iron, Master et Slyder, pas spécialement confus par le fait de m'avoir oublié et laissé pourrir à la gare (je m'en souviendrai). En plus des protagonistes sus-cités, on peut voir un Plissken coder tout seul dans la salle sur sa production, dont je vous parlerai plus tard car je sais que vous en mourez d'envie.

Le père Grim doit lui aussi arriver dans la soirée. Malgré sa richesse, ses 3 chauffeurs et son hélicoptère à disposition, il s'est entêté à vouloir se rendre au meeting avec Jamian au pilotage. Toute personne quelque peu investie dans l'histoire de la scène CPC sentira des frissons de peur parcourir son échine. On a beau changer de pseudo, on en garde pas moins la même réputation, hein JRM ?... Il faut croire que Grim aime vivre dangereusement. A l'origine, Jamian ne devait pas se rendre au meeting, occupé à travailler pour son avenir (ce qui inclut rédiger un mémoire). J'ignore tout de la manœuvre de conviction (pour ne pas dire «séduction») de Grimmy, mais Jamian accepta de finir son texte PENDANT le meeting... Finalement, son avenir est peut-être pas si assuré que ça.

A peine arrivé à la salle que les mauvaises nouvelles fusent : les frères Tomettes ne pourront pas venir. Après 100km de rail, leur train a été stoppé pour cause d'alerte à la bombe («colis suspect» pour être plus précis. La légende raconte que la bombe en question n'était qu'une Ramcard égarée sur une banquette). Les deux compères, partis le vendredi matin pour être de bonne heure arrivés, resteront 9 heures dans le train, et ne retourneront chez eux que dans la soirée. Comme nous l'a dit ce bon vieux La Fontaine, il valait mieux partir à point.

D'autres personnes n'eurent pas la même l'imagination pour trouver de bonnes excuses. Quelques jours avant le meeting, Roudoudou envoya un message comme quoi il devait se faire arracher ses dents de sagesse ce week-end, quelle fâcheuse coïncidence ! Au même moment, selon la source d'information, son appartement était inondé par une bouche d'égout qu'il n'avait jamais vue auparavant (ce qui justifie son besoin d'un purificateur d'air). On raconte aussi que son appartement fut victime d'un incendie. Bref, ça fait beaucoup de choses pas marrantes à vivre, même pour un CPCiste endurci. Pire, quelque temps avant le meeting, il avait proposé de réserver une visite de la cathédrale de Coutances le dimanche. Après avoir obtenu une liste des intéressés, il se devait de régler les détails administratifs (un coup de fil pour réserver, un autre pour confirmer). Ayant décidé de ne pas venir, il «oublia» la dernière étape du protocole. En bref, la visite fut annulée, ce qui laissa certains participants forts désappointés.

Nouvelle encore pire, Barjack et Ced ne vinrent pas. Alors que Grim et moi avions préparé notre stock de blagues et insultes spéciales à l'intention du premier (ainsi qu'une place comme testeur officiel de notre dernière «production»), ce TOCARD de Barjack ne put nous rejoindre malgré les deux opportunités qu'Eliot lui avait concoctées grâce à ses talents d'organisateur et de diplomate. La première piste s'avéra être un cul de sac : Jede (c'est le cul de sac en question) devait venir mais après quelques textos peu précis, décida que finalement non. La seconde piste consistait en Sébastien Tournadre, une récente connaissance d'Eliot par internet, qui passait justement par Paris. Le genre de coïncidence qui prouve que Dieu existe. Ce TOCARD de Barjack déclina l'offre. Bref, cet individu ne mérite pas que je gaspille d'autres octets à son sujet. Je dirais même qu'il m'en doit.

Offset devait venir aussi, mais pas de bol, il s'est souvenu une semaine auparavant qu'il avait concours de nage synchronisée. Comme il me l'a dit lui-même : «je peux venir à n'importe quelle date de l'année, sauf le week-end du 10-11-12 Avril». Bon, on s'est tous compris, faudra organiser un meeting le 25 Décembre, ou le 31, si ça arrange plus de monde.

Bref, sous cet amas de tragédies, on se remonte le moral et on se dit que de toute façon, on pouvait pas les blairer. Et puis ça fait plus de bouffe pour les autres (argument qui vaporise les larmes en 3 nops). D'ailleurs, on se préparait à partir au restaurant quand arrivèrent Jamian et Grim. Deux voitures suffiront à emmener tout le monde en ville, pourtant tout le monde se précipite dans celle où Jamian ne conduit pas. Iron, moi et Grim accepterons la lourde tâche de lui réciter le code de la route tout au long du trajet («un rond point se prend dans le sens inverse des aiguilles d'une montre»), mêlé aux 10 commandements («tu n'écraseras pas ton prochain»). Après une traversée courte mais mouvementée, quelques G dans la face lors des accélérations, quelques contusions dans les virages, on est récompensé par une bonne pizza, un bon désert, un bon rosé, et une bonne ambiance. Bon... on est de nouveau puni lorsqu'il faut repartir, mais il faut positiver en se disant qu'on aura plus jamais à monter en caisse avec Jamian (enfin, sauf Grim pour le retour).

image

On peut alors commencer l'installation proprement dite... ainsi que la programmation. Environ deux semaines avant le meeting, Eliot avait annoncé qu'un concours serait organisé, dont le thème sera «Poisson d'Avril» (notez la relation avec la date du meeting, c'est là que se trouve toute la subtilité). Grim et moi avions un plan machiavélique en tête, assez ambitieux, mais nous n'avons pas pu le commencer avant le meeting. Nous nous sommes donc mis au travail dès le vendredi soir. Il s'agissait à l'origine de créer une fausse Demoizart, de la présenter au meeting -comme la vraie bien évidemment-, et on avait fait croire à Barjack qu'il allait lui-même la tester devant les participants. Ce TOCARD n'étant pas là, et comme il est impossible de travailler en meeting sans montrer ce sur quoi on travaille, on a quelque peu révisé notre plan (Remarquez, les codeurs d'OVL y parviennent ; mais par soucis d'optimisation ils ont préféré une infaillible technique : ne plus venir en meeting).

Nous avons donc tout créé sur place (à part quelques graphs pour Grim), en cachant les résultats le plus longtemps possible. En plus de faire une «fausse» DIA, il fallait faire une «affreuse» DIA. Quoi de mieux pour cela que de créer dans des domaines qui vous sont inconnus ? J'ai donc mis ma casquette de graphiste et Grim celle de musicien. J'avais l'idée du menu à la Shadow of the Beast, saupoudré de tout ce qui rend celui de la Divine affreux et comique (le personnage est lent, ne peut se retourner, saute sans retomber, retour au début du paysage à la fin d'une démo). Pour améliorer le tout, pourquoi ne pas faire du track load avec une musique qui saccade ? Grim s'occupa de l'intro et tout ce qui est nécessaire pour mettre le spectateur dans l'ambiance : un écran de recadrage CRTC, une page de présentation, un loader vers le menu, ainsi qu'une end part avec un gfx. On mise sur deux démos pour rendre le tout plus consistant. Au début, on comptait sur Ramlaid et Orphée pour en faire une chacun, mais ceux-ci s'avèrent tout simplement "trop occupés" pour le faire. Pfff...

C'est dans la matinée très matinale du samedi qu'on achève chacun notre partie principale (intro+menu). Grim et moi étions les deux seuls survivants de la soirée et juste quand on se décide à aller dormir un peu, arrive Sebastien Tournadre, parti à 2h du matin de Paris (hardcore, le gars), sans Barjack après que celui-ci ait décliné l'offre (et décliné tout court). Il est venu avec un CPC sous une plaque de plexiglas, réincarnation improbable d'une certaine blague mythique créée par Amstrad Cent pour Cent, plus de 10 ans auparavant, un certain mois d'Avril justement. Pour ne pas faire malpoli, on se sent obligé de ne pas aller dormir et ne pas le laisser tout seul dans le crépuscule naissant. La vie d'un CPCiste n'est décidément pas de tout repos. Sébastien se mit d'ailleurs à l'assembleur pendant le meeting, et s'est montré très intéressé par ce qui se faisait (et ce que Sylvestre lui montrait. On raconte qu'il a perdu 3/10e des deux yeux pendant le meeting). Enfin, il fut l'objet d'une perpétuelle remarque : Utilise DAMS, pas MAXAM !!! Le père Iron est toujours là pour refourguer sa camelote, quel lourdeau....

Bon, je l'ai pas dit parce que ça aurait brisé l'ambiance et la fluidité du récit, mais c'est le samedi, très très tôt le matin, qu'arrivèrent Candy, Beb, Sylvestre et Ker (qui s'était fait flasher sur le trajet, et pas à cause de Sylvestre). Bon, comme il était tard et qu'ils avaient (soit disant) beaucoup travaillé, ils allèrent se coucher comme des loques.

C'est le samedi que les choses commencent sérieusement. Pendant le repas de midi, un journaliste commandité par Eliot, vint... et ne trouva qu'une bande d'affamés apparemment peu disposés à répondre aux questions. Eliot en effet, travaillait ce jour là. Juste quand on commençait à tirer la courte paille pour savoir qui allait passer à l'interrogatoire, vinrent Orphée et Ramlaid. Ce fut donc ce dernier qui fut désigné d'office ! Les questions étaient bateaux, les réponses le furent donc, l'imagination du sieur Laid n'étant pas par nature, à l'inverse du vase, débordante. Eliot m'a depuis informé qu'un très bon article avait été publié dans La Manche Libre. Ramlaid y est peut-être pour quelque chose. Ou pas.

D'un point de vue gastronomique, c'était tout à fait honorable. Des aliments sains et équilibrés, préparés par Eliot ou Slyder. Ce qui était bien surtout, c'était l'abondance de confiseries entre les repas. Pleins de trucs sucrés et collants à l'emulsifiant E214, mes préférés !

Par contre, on notera qu'Eliot a plus ou moins renoncé à ouvrir le monde à l'Amstrad Expo (... plutôt l'inverse, en y réfléchissant bien). Pas de CPC en exposition, pas de publicité vantant les bienfaits du Zilog en poudre ou les joies d'un bain aux Memcards. Peut-être parce que finalement cela n'amène et n'intéresse pas grand monde (à part les CPCistes) ? Interrogé par nos forces spéciales, l'accusé nous avouera la raison après être resté longtemps sous silence (ce n'est pas qu'il ait résisté, mais nous avions oublié qu'Eliot avait peur du sang. Il lui a fallu plusieurs heures pour qu'il daigne se réveiller). C'est tout simplement car la salle actuelle est située dans un quartier soit disant «mal fréquenté» de la ville... et moins accessible que la salle des Unnelles, dans le centre ville, là où avaient eut lieu les premières expos. Les gens ne se déplacent tout simplement pas. Toutefois, si la salle de bonne réputation s'avérait libre prochainement, les publicités refleuriraient. En plus c'est vrai qu'elle était jolie cette salle, toute de pierre bâtie.

Cela dit, la salle actuelle n'est absolument pas à critiquer : parfaitement conçue, spacieuse, dispose de douches et de salles pour dormir ! Deux d'entre elles nous seront réservées. Les nuits blanches n'étant plus de rigueur pour la jeunesse décrépie, celles-ci se trouveront remplies chaque nuit. Que je vous raconte mon samedi soir, juste comme ça. Je m'apprêtais à dormir pour la première fois du meeting. Il n'y avait pas âme qui vive dans la salle, et puis je n'avais plus rien à coder, donc... Le premier dortoir est rempli, je me dirige donc vers le deuxième, et je prie pour que personne n'ait volé ma couverture... Mes espoirs s'envolent quand j'ouvre la porte. Non seulement il n'y a plus de place pour moi, mais en plus Candy dormait dans ma couche. Comme c'est un type sympa, je n'ai pas osé le réveillé. L'avenir me dira que ce n'était pas Candy, mais Beb en fait ! Si je l'avais su, je l'aurais réveillé de bon cœur et fol entrain. Je me suis donc dirigé vers le self. Des pèlerins trouvaient refuge sous les tables, mais sur leurs couvertures. J'essaye de dormir à même le sol. C'est horriblement dur et il fait froid. Après 45000 VBLs de torture, je retourne dans la salle du meeting, aligne quelques chaises contre le chauffage et tente de dormir dans une position qu'on n'a probablement pas encore osé répertorier dans le Kamasutra. Malgré l'agréable chaleur, impossible de dormir, l'ossature des chaises détruisant la mienne. Donc je n'ai pas dormi. C'est pas juste. Pour ceux qui s'intéressent à ma vie, j'ai tout de même réussi à me reposer dans l'après-midi. Il était bien ce paragraphe, dis donc. Notons que les chambres voisines des nôtres étaient tout de même très bruyantes, occupées par des familles d'origine pas d'ici (roumaines ?). Ça braillait là-dedans.

Mais passons. Orphée, qui avait su se rendre utile, avait apporté plusieurs caisses bourrées de documentations et de disquette dont l'un de ses collègues de travail voulait se débarrasser (crétin). Tom&Jerry qui justement venait d'arriver dans l'après-midi fut assez intéressé par certains jeux obscurs (la plupart auraient dû le rester). Entre conversions directes du Spectrum (sous-entendu : peu de couleurs, une couleur par sprite et par caractère) et jeux de sports incroyablement pitoyables (on a quand même réussi à le finir), le gars avait de quoi s'amuser... J'ai pu admirer de très près la technique du Cracker Absolu. Bien que les discs étaient des compilations protégées, il ne fallu que très peu de temps à notre T&J national pour cracker le peu de jeux qu'il ne connaissait pas et même, le luxe, d'en ripper les musiques. Bref, chapeau bas.

Etant prévoyants par nature, Grimmy et moi avions établi un «coin DIA». Après avoir demandé à Iron d'aller voir plus loin (je l'ai vexé le pauvre, mais c'est pour le bien de tous. Moins il verra d'êtres humains, moins il aura envie de parler), nous disposons de quatre places contre le mur. Orphée décida d'amener un PC portable pour pouvoir continuer à élaborer son source. Bien que je n'aime guère ce procédé en meeting, au moins ça à le mérite de faire évoluer les choses. Ramlaid, qui ne sait toujours pas se donner de priorités, décida d'entamer le concours de sprite évoqué par l'ami ATC, deux ans auparavant. Le but, pour ceux qui l'ont accepté, est d'afficher le plus grand nombre de sprites en une VBL, sans effacer le fond. Les règles sont pour le moment plus souples que sur Atari ST, là où naquis le concours, puisque ni la musique, ni le graphisme de fond, ni le mode, ni le formatage CRTC ne sont fixés. Ce manque de règles est bien sûr dû au fait que PERSONNE n'ait encore sorti de version propre de ce concours. ATC est visiblement plus occupé à afficher 3 millions de polygones que 15 sprites. Toujours est-il que Ramlaid passa le plus clair de son temps à coder sa routine (et le plus obscur à manger et dormir). Moi j'étais juste à coté, j'ai tout vu. Trop fort ce Thierry. Pendant ce temps, à l'opposé de la salle, siégeait le clan des loosers, c'est-à-dire Candy et Beb (encadrés par Sylvestre et Plissken, oui, le mot «looser» atteint des proportions dantesques). Le premier s'est lui aussi attelé à la tâche et à la fin du meeting, on pouvait voir 16 jolis sprites bouger à l'écran. World record ! A l'heure où vous lirez ces lignes, j'ose espérer que Ramlaid l'aura pulvérisé, sinon c'est trop la honte pour Kakos. Quant à son comparse, il rippa quelques musiques et grapha un superbe «Fucking Fish», tout de split-rasters bâti, qu'il exhiba en économiseur d'écran quand il n'était plus devant. Heureusement qu'OVL possède encore un graphiste quand on ne peut plus compter sur ses codeurs.

Entre deux jurons et trois rots, le père Iron coda un peu son Graph'Os et parvint à coder une fonction Windows !! ... qui plante si on l'utilise deux fois. Bref, Iron doit encore revoir certaines choses, dans son code et son éducation. Romain nous fit également l'honneur d'une visite, ça faisait longtemps. Après une certaine période pour le moins.... vaporeuse, il nous revient en chair et en os, afin de bosser sur l'adaptation CRTC de sa première démo. On espère qu'il ne s'arrêtera pas la !

Eliot, quand il ne draguait pas sa stagiaire ou ses clientes, s'est amusé à finir sa multipart, malheureusement il a choisi la mauvaise personne avec qui travailler : Sylveeeeestre en personne. Ce qui est frustrant avec lui, c'est qu'on a l'impression d'avancer, mais qu'en fait non, car pour pouvoir rendre encore mieux, il faudrait modifier ce qu'on a déjà fait... Bref, Sylvestre est une personne qu'il faut savoir tenir en laisse. Cependant, notons que ses idées ont beaucoup apporté et j'avoue que le concept des «couleurs cul-de-sac» est aussi drôle à entendre qu'il est joli à regarder sur un écran. D'ailleurs Sylvestre a été embauché pour la Demoizart. Sauf que la laisse, je la TIENS ET JE LA LACHE PAS !!

Master était là lui aussi, d'ailleurs il n'a pas fait grand chose, mais bon, il nous a soutenu moralement Grimmy et moi pendant l'élaboration de la «DIA», merci donc à lui. A part moi, ça a été la première personne humaine à la voir. Quel honneur.

L'histoire s'écrit au jour le jour, que cela soit gravé quelque part avant que je ne m'en souvienne plus. Il fut écrit que Grimmy trouvait qu'une certaine de mes musiques ne correspondait pas à une certaine part. Il fut écrit (et hurlé) qu'il aille se faire foutre. Certains hommes dont les opinions divergent se combattent par armées interposées. C'est là le comportement des faibles. Les VRAIS hommes ont le courage de se battre avec leurs mains..... Nous avons donc convenu qu'un tournoi de LAP réglerait la question ! Le premier arrivé à 50 points sera le victorieux et imposera son choix au perdant... La partie fut assez serrée au départ, cependant c'est avec une large avance que je sortis VICTORIEUX !! Ce gredin de Grimmy eut une bonne leçon, non mais. Il est amusant de constater que le support technique réseau habituel (Offset et Zik) était absent, mais que nous n'eurent absolument aucun problème à nous synchroniser, chose impensable à un Ze Meeting. Preuve en est faite que c'est souvent en cherchant des problèmes qu'on les crée.

Bon, par contre j'avoue, je me suis fait battre à Barbarian, mais Grim n'a pas voulu me laisser le clavier, et ce crétin de joystick me faisait faire une roulade alors que je voulais donner un coup de pied. Bref, c'est pas juste. Pour en finir avec la partie jeux, parlons un peu de Pang qui a pas mal tourné. Au début, c'était avec Ker, puis avec Orphée. Là, les vieux réflexes sont remontés à la surface et on a pas arrêté de s'insulter de gros nuls dès que l'autre perdait. Une fois Orphée fatigué d'être si nul, ce fut au tour du Grimmy... Bon, lui aussi est franchement mauvais, mais il ne l'avouera pas même sous la torture (.... ou peut-être que si, il faudrait que j'essaye). Quand je pense qu'en au moins une heure de jeu on a même pas pu arriver à la moitié, vraiment, j'aurais dû jouer tout seul. On voulu continuer notre périple plus tard dans le meeting, mais on n'en eut pas l'occasion. Bah, au ZM.

Après avoir terminé notre «production», c'est un Grim aussi stupide qu'ambitieu qui me propose un pari de fou : coder (!) avec lui (!!) un jeu (!!!) à plusieurs joueurs en réseaux (!!!!) avant la fin du meeting (!!!!!). Rien que ça. Premier problème, personne dans la salle ne sait coder en réseaux et personne n'a les Quasars qui pourraient nous être utiles. Après quelques heures de réflexion, on se décide d'abandonner le mode réseau et on se focalise sur un jeu à plusieurs sur le clavier. Dix ébauches de jeux plus tard, on se met d'accord sur un Worms simplifié avec des tanks. On se motive, on commence à réfléchir à qui va faire quoi et plus le temps passe, plus on se rend compte que ce «petit jeu» est en fait trop gros pour être fini dans les temps. Alors que je pense à simplifier le concept, Grim se lasse et avoue ne plus être motivé. Quelle larve.

Si ma mémoire ne me joue point de tour perfide, c'est après le repas de midi qu'eut lieu le vote pour savoir qui gagnerait le concours. Il n'y avait que trois équipes de participants. En plus de moi et Grim, il y avait Ker et Plissken. Ce dernier avait tout de même bien bossé sur son truc et je pense que sa production n'a pas été jugée comme elle aurait dû l'être. Je ne me souviens pas en détail, mais il s'agissait de poissons qui défilaient, avec plusieurs niveaux de zoom. Le tout avec une zic adaptée un peu tristounette (mais tout de même spécialement faite pour l'occasion) et une guirlande en bonus. La production de Ker brillait par son minimaliste, mais c'est vrai que c'était assez bien vu et le résultat faisait bien rire. Deux petits poissons gigotent leurs nageoires et produisent des bulles qui montent en diagonale, donnant l'impression qu'ils avancent. Quand à notre prod, il s'agissait bien sûr d'une vaste blague, d'une laideur incomparable (c'est à moi que vous le devez), mais au moins on s'est fait plaisir. Je constate tout de même que le menu ne rame pas tant que ça, ce qui me donne à penser que les codeurs espagnol avaient beau grapher comme des dieux, ils codaient comme des merdes. Quand aux musiques de Grim, elles sont tout simplement paranormales. Pour être honnête, j'avais peur qu'il trouve un bug dans mon STarKos, tellement il créait des instruments poussés (et poussifs). D'ailleurs une de ses musiques n'avait pas pu être rechargée par le STarKos, j'ose espérer que c'était à cause d'un disc foireux !! De toute façon, faire une musique, ça ne prend à Grim que 5 minutes...

Après un vote anonyme, une main vierge (celle d'Iron, non je n'ai rien vérifié du tout, cela ne me regarde pas) piocha les petits papiers, tandis que je notais les noms qu'ils contenaient. Je ne me souviens plus des scores exacts, mais Grim et moi avons gagné de peu (5 ou 6 voix), suivi de Ker et de Plissken, quelque peu en retrait malgré ses efforts. Et qu'avons-nous gagné ? Eliot nous apporte le trophée, que j'ouvre parce que Grim ne voulait pas abûmer ses ongles fraichement manucurés : 3 BDs ! C'est original et inattendu ! Une adaptation de Camera Café, un Largo Winch, ainsi qu'un XIII (Eliot a des actions chez Van Hamme). Grim choisit le XIII et me laisse les deux autres. Je pensais que le deal était en ma faveur, mais non : le Largo Winch a subit une erreur d'impression : la fin est collée à la moitié de la bande dessinée, ce qui fait que non seulement j'ai deux fins, mais surtout j'ai pas de milieu. Bon, c'est pas grave. Avec un peu de chance, cette édition est cotée 2 millions et fera de moi un homme RICHE ! Enfin bref, tout cela fut une expérience bien sympathique. Faites comme moi les gars, participez à tous les concours de meeting et ne repartez pas les mains vides !

D'ailleurs, comme on pouvait s'y attendre, c'est juste avant de partir que quelqu'un déniche la bible du FDC dans les cartons d'Orphée. Je n'avais pas encore posé le regard dessus, qu'un nain fourbe sort de sous une table et s'empare du bouquin, tel un singe apercevant une banane. J'ai perdu le combat de pierre-papier-ciseaux qui s'ensuivit, mais Grimmy (vous aviez deviné qu'il s'agissait de lui) s'était bien rendu compte qu'il ne pouvait rien en faire, de ce bouquin... Qu'est-ce qu'un athée peut faire d'une bible ??

Mais chut, car on m'a dit un secret....(rapprochez vous doucement)... Alors que nous étions déjà sur le chemin du retour, un certain Ram7 aurait montré aux quelques participants restants une preview d'une démo (oui, une démo de Ram7 !) qui selon un informateur qui tient à rester inconnu (message personnel : Grimmy, connard) aurait été, selon ses propres éructations, à tuer sa race. J'espère pouvoir vous en parler prochainement, si «pull rasters» fait bien son boulot....

Voilou vouli, ce rapport est fini ! Un grand merci à Eliot et Slyder pour leur organisation sans faille. A manger, à boire, à coder. Que demander de plus ?

Targhan

Ont participé au meeting :

Beb, Candy (Ovaire Corp).
Eliot, Arno (Benediction)
Iron, Master
Slyder, Romain
Sebastien Tournadre
Grim, Orphée, Ramlaid, Targhan (Arkos Team)
Jamian (Semilenmachintruc)
Ker
Ram7
Tom&Jerry (GPA)
Sylvestre (Sucres en Morceaux)
Jérémie (moi non plus, je le connais pas)
Baptiste Bideaux (= Ze Creator)

A pendre, lapider et brûler pour absence non autorisée :
Barjack (trois fois pour lui)
Ced
Offset
Roudoudou
Jede (même si on s'en fout)
Toms et Hicks
Iron (comme ça, juste pour le fun).
Slyder (pour un oubli qu'il a déjà oublié de toute façon).

Photos by Unknown